L’embuscade dont a été victime l’ancien ministre Ganiou Soglo, vendredi 5 février 2021, n’a pas plu à Martin Assogba, président de l’Ong Alcrer. Intervenant à ce propos lundi 8 février 2021 sur Canal 3, il a exigé que « ce soit clarifié, qu’on nous présente les assaillants et qu’on sache les commanditaires ». En effet, pour avoir été victime du même cas en décembre 2013, Martin Assogba, qui  souffre toujours des séquelles de l’attaque, avec deux balles dans le corps,  en appelle à une véritable enquête  pour élucider le cas Ganiou Soglo. « Il ne faut pas que ce soit comme mon cas qui n’est toujours pas élucidé. Je ne connais toujours pas mes agresseurs. L’ancien régime n’a pas voulu qu’on en sache plus », a dénoncé Martin Assogba. Avant d’ajouter qu’il fait « confiance  à la Police républicaine pour le cas du fils de l’ancien président. Selon le président de l’Ong Alcrer, les assaillants sont d’autant plus impardonnables, qu’ils ont commis deux erreurs majeures : la période électorale choisie pour commettre l’acte, afin d’ameuter du monde ;  et la personnalité de Ganiou Soglo, ancien ministre sous Yayi et fils d’ancien président. Pour autant, Martin Assogba n’est pas pour qu’on parle d’acte politique. Selon lui, même si Ganiou Soglo vient de déposer sa candidature pour participer à la prochaine Présidentielle, il ne représente pas un poids politique réel sur l’échiquier politique national.  Donc sa candidature n’inquiète pas trop outre-mesure.  Pour lui, ceux qui font de la récupération politique à propos de l’agression, « cherchent  la petite bête ».

 

Jean-Paul Mahugnon

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here