La Commission béninoise des droits de l’homme et des peuples prépare activement l’élection présidentielle du 11 avril 2021. Conscient du rôle primordial des médias dans tout scrutin, la Cbdh a décidé d’organiser avec le soutien financier de l’Organisation internationale de la francophonie (Oif), une série de formation au profit des journalistes pour une meilleure couverture du scrutin. Après les professionnels des médias de Parakou la semaine écoulée, c’est le tour de ceux de Cotonou et environs de voir leurs capacités se renforcer hier, lundi 28 décembre 2020 au Centre de documentation et d’information juridique de la Cour d’appel de Cotonou. Durant toute la journée, les participants se sont imprégnés du guide de l’Oif, du mandat de la Cbdh ainsi que les grandes lignes du guide des Indh et processus électoraux. Ils ont aussi élaboré des lignes d’actions entre les parties prenantes dans le cadre du processus électoral d’avril 2021 (Cbdh et les journalistes). A la cérémonie d’ouverture de la formation, le commissaire Emérico Apol Adjovi s’est réjoui de la présence des acteurs des médias à cette séance. Il a rappelé que l’objectif du séminaire qui est de partager avec les journalistes la manière de la Cbdh de participer à une élection présidentielle suivant une observation particulière. La présidente de l’Union professionnels des médias du Bénin (Upmb), pour sa part, a salué l’initiative qui considère les hommes des médias comme des acteurs impliqués dans un processus électoral car ils jouent un rôle important en période électoral. Lançant la formation, le président de la Cbdh, Isidore Clément Capo-Chichi, a insisté sur l’objectif poursuivi qui est d’échanger et de partager avec les journalistes des points de vue sur le rôle primordial que les acteurs des médias ont l’habitude de jouer dans le processus électoral. « Nous sommes dans un contexte qui annonce des événements de plus en plus sensibles. La Commission béninoise des droits de l’homme veut jouer un rôle clé mais également mener un certain nombre d’actions. Nous aurons à instruire des plaintes individuelles et collectives dans le cadre de ce processus électoral sur la violation des droits de l’homme. Et nous voudrions compter sur les journalistes pour une autocensure de certains propos qui seront tenus par des politiques dans le cadre de ces élections », a-t-il souhaité.

 

Serge Adanlao

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here