Les cadres du Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, ont procédé hier, à la revue du Plan de travail annuel du Ministère au quatrième trimestre de l’année 2020. Pour le conseiller technique au ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, Boubakar Djaouga, au titre de l’année 2020, sur une dotation de 78, 6 milliards, un montant de 79 milliards a été engagé au 31 décembre 2020 soit un taux d’engagement 100, 85% contre 63,80% au 31 décembre 2019. Ce qui dégage un écart positif de plus de 37 point. En ce qui concerne les ordonnancements, ils sont évalués à plus 64,1 milliards de FCfa soit un taux d’exécution de 81, 56% contre 58,22% au 4ème trimestre de l’année 2019. Ce qui induit donc une hausse de plus de 23 points. « On note que les performances financières enregistrées au 4ème trimestre 2020 sont nettement supérieures à celle de 2019. Cette situation s’explique essentiellement par le réajustement des dotations financières dans la loi des finances qui les a confirmés aux montants engagés avant le vote de ladite loi », a-t-il déclaré. Sur le plan l’exécution du plan physique du Pta au 4ème trimestre 2020, il a fait savoir que  le ministère affiche un taux d’exécution physique de 71,16% contre 70,6% à la même période en 2019 soit un écart positif de 0,56 point. « Le programme agriculture affiche un taux d’exécution physique de 71,72%, le programme élevage 53,44%, la pêche et l’aquaculture 64, 71% et le programme pilotage et soutien au secteur un taux de 73,03% », a-t-il justifié. Pour finir, il a fait savoir que cette  performance est tout de même en dessous des 100% attendus. Tout en profitant de l’occasion, il a  invité les différents cadres du ministère à travailler à son amélioration. « Nous devons améliorer notre performance pour la nouvelle année 2021 afin d’impacter les braves producteurs ainsi que les couches vulnérables. C’est pourquoi, au cours de cette journée, nous aurons à passer en revue les performances enregistrées pour chaque structure ou projet programme au 4ème trimestre 2020, identifier les principales difficultés qui ont entravé la mise en œuvre, proposer les solutions idoines aux fins d’améliorer nos performances au cours des trimestres à venir », a-t-il conclu.

 

Léonce Adjévi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here