Mécanisme de gestion des affaires introduit dans les Communes, le Programme PartiCip a déjà fait huit ans de mise en œuvre. Hier dimanche 27 décembre 2020, sur la Télévision nationale, Martin Assogba a fait le bilan des actions menées et présenté quelques innovations.

«Nous avons apporté un nouveau système pour permettre aux populations de faire le choix de leurs priorités à travers le budget participatif. Sur les 8 ans de mise en œuvre, le bilan est élogieux. Les effets dudit programme sont, entre autres, l’amélioration de la gouvernance dans tous les domaines au niveau local. Nous avons introduit de nouveaux outils de gouvernance qui permettent de mettre en œuvre la démocratie populaire. Nous avons également amené les populations à se rendre compte, non seulement qu’elles ont des droits vis-à-vis des élus, mais aussi et surtout des devoirs. Grâce à ce programme, les capacités des élus locaux ont été renforcées sur plusieurs thématiques ». C’est l’essentiel à retenir du bilan des actions du Programme PartiCip mis en œuvre dans les Communes il y a 8 ans. Selon Martin Assogba, ce programme dont l’objectif est de contribuer à l’amélioration de la participation citoyenne, à la présence des citoyens depuis l’élaboration des politiques, projets et programmes de développement et le suivi citoyen lors de la mise en œuvre de ces politiques, projets et programmes a permis aux élus de comprendre l’enjeu de la participation citoyenne au développement local. « Grâce aux activités initiées par Social Watch et Alcrer Bénin dans le domaine des audiences publiques, la Commission nationale des finances locales (Conafil) a exigé de la part des conseils communaux la reddition régulière de comptes dans le cadre de son financement aux communautés. Nous avons aussi aidé le trésor public à faire l’apurement de près d’une cinquantaine de comptes de gestion financière des Communes », a déclaré Martin Assogba.

 

Benjamin N. Douté

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here