Le préfet de l’Ouémé, Marie Akpotrossou a sommé les vendeurs de moutons qui occupent de façon anarchique le site de Tohoue à libérer cet espace et à regagner le site de Zè. C’était à l’occasion d’une descente effectuée sur les lieux hier mercredi 08 septembre 2021, par l’autorité préfectorale.

Les vendeurs de moutons qui continuent d’occuper le site de Tohoue sont priés de libérer le site. Avant la phase de répression, le préfet de l’Ouémé, Marie Akpotrossou, est une fois encore descendue sur le site pour les sensibiliser à regagner le site de Zè. Français, dendi et le fon sont les trois langues utilisées par l’autorité préfectorale pour amener les occupants illégaux du domaine public à libérer les lieux. Tout en déplorant l’attitude de ces derniers, Marie Akpotrossou leur a fait savoir qu’elle n’est pas contente d’eux. « Ici ce n’est pas un marché. Il faut écouter et respecter la décision du gouvernement. En tant que bons croyants vous devez respecter celui que Dieu a placé devant vous », a laissé entendre le préfet de l’Ouémé. Tout en rappelant les mésaventures que ces vendeurs de moutons avaient connues avec les éléments de la Police républicaine le 15 juillet 2021, où une vingtaine de moutons ont été ramassés, l’autorité préfectorale, avec une voix ferme  a martelé : «  le 15 juillet dernier la Police a mené une action et ce sont les bêtes qui sont ramassées. Cette fois-ci, ce serait les personnes qu’on va prendre. Et je pense que c’est clair chez vous. » Le président des vendeurs de moutons, Arouna Moumouni et la représentante des femmes djèmilath Idohou, ont salué cette démarche de l’autorité. Tout en la rassurant de leur engagement à libérer le domaine, ils ont également plaidé afin que le gouvernement leur trouve un autre endroit dans Sèmè Kpodji.

Odi I. Aïtchédji

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here