(Démarrage imminent des travaux d’aménagement)

Hier, lundi 13 septembre 2021, certains habitants du quartier Fiyégnon 1 dans le 13ème arrondissement de Cotonou, ont reçu la visite des cadres du Ministère du cadre de vie et du développement durable, du préfet du Littoral ainsi que des forces de l’ordre. C’est dans le cadre de l’opération de libération des espaces publics entrepris depuis quelques semaines.

L’opération a visé les citoyens de la zone qui n’ont pas cru devoir déférer à l’ultimatum à eux adressés dans le communiqué conjoint du ministre du Cadre de vie et du développement durable, José Tonato puis celui de la Décentralisation et de la gouvernance locale, Raphaël Akotègnon en date du 12 juillet 2021. Les termes du communiqué ont pourtant été très précis quant aux objectifs de cette opération. Elle vise, selon la note à procéder à « des aménagements urbains et paysagers, de la zone balnéaire de la route des pêches ». La portion de la zone où les travaux doivent être effectués est malheureusement occupée depuis plusieurs années, à la suite d’opérations de lotissement non-approuvées par les autorités habilitées. Ledit domaine est limité au Nord par la rue dite de Gondouana, au Sud par la Route des pêches, à l’Est par la clôture de l’aéroport et à l’Ouest par la voie pavée en quittant Fidjrossè fin pavé vers le carrefour Houénoussou. La sommation adressée aux populations a expiré depuis le mercredi 1er septembre 2021. Une rallonge leur a même été accordée pour s’exécuter. Mais c’est sans compter avec l’incivisme de certains habitants, qui, bien que conscients du caractère illégal de leur occupation, se sont obstinés à libérer les lieux. Face à cet entêtement les autorités n’avaient d’autre choix que d’user de la force publique pour les y contraindre.  

Force doit rester à la loi

Contrairement aux allégations distillées sur les réseaux sociaux, l’opération qui s’est déroulée hier, n’est pas un déguerpissement. Il s’agit, selon le Directeur de l’environnement et du climat (Dgec) du Ministère du cadre de vie et du développement durable, d’une libération des espaces publics. D’après les explications de Martin Pépin Aïna, contacté par notre rédaction, les habitants sont censés prendre leurs dispositions pour éviter de telles situations. Les dispositions préalables n’ont pas manqué d’être prises. L’Etat n’a pas manqué de privilégier le volet social. C’est d’ailleurs ce qui justifie le moratoire donné à ces populations. Quoique déplorable, l’Etat se trouve pleinement dans ses prérogatives aux dires de l’autorité. « Bientôt ceux d’en face vont subir le même sort », prévient-il. Ces derniers, bien qu’étant mis en demeure depuis plusieurs années, n’ont pas déféré aux injonctions. C’est dommage que ce soit le même refrain à chaque fois, déplore-t-il.

Encore quelques jours pour les pécheurs de Xwlacodji

Après Fiyégnon 1, les pêcheurs installés à Xwlacodji, au bord de la berge lagunaire située dans le 5ème arrondissement dans la Commune de Cotonou pourraient recevoir les jours à venir, la visite des autorités de la municipalité ainsi que celles  du Ministère du cadre de vie et du développement durable, avec au besoin, des bulldozers. Contacté par notre rédaction, le préfet du Littoral Alain Sourou Orounla a indiqué que l’opération de libération de ce périmètre prévue pour démarrer demain, mercredi 15 septembre 2021 pourrait être prorogée de quelques jours. Cette rallonge, selon les explications d’Alain Orounla, se justifie par les travaux de mise en état du site devant accueillir les pêcheurs, suite à délogement de la zone. Il convient de rappeler que la question a été abordée en Conseil des ministres en sa séance du mercredi 1er septembre 2021. Le compte rendu précise en effet qu’ « un emplacement a été identifié sur la berge lagunaire au sud-ouest de Cotonou, pour le relogement des usagers pendant la durée des travaux. Le site identifié est actuellement occupé par des bâtiments désaffectés qu’il y a lieu de démolir ».  Cette libération du périmètre lagunaire permettra au gouvernement de mettre en œuvre son projet de rénovation et de modernisation du centre administratif et commercial de Ganhi.

Gabin Goubiyi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here