Le développement du Bénin passe en partie par sa relation diplomatique vis-à-vis des autres pays. Le Nigéria étant une potentialité de développement pour le Bénin, les relations entre les deux pays se doivent d’être pacifiques. C’est ce qu’augure la nouvelle relation entre les deux pays.

Les images du président Obasandjo, posant dans son champ à Kétou,  entre deux ministres  béninois, jeudi dernier, ont surpris. Pour qui connait l’amitié entre le président Soglo, et Olusegun Obasandjo, et dans une moindre mesure  avec Yayi Boni,  cette  image est une véritable surprise. D’autant plus que depuis son avènement au pouvoir, les relations entre le président Patrice Talon, et son aîné nigérian, ne semblent pas au beau-fixe. Elles sont faites de tensions et  de répulsion, pour des raisons diverses. Mais apparemment avec la nouvelle donne, l’eau semble avoir coulé sous les ponts, et les esprits peut-être, apaisés. Ainsi est faite la vie politique et ses aléas. Il n’y a pas d’ami ou d’ennemi définitif en politique,  ni dans les relations diplomatiques. Comme le disait un président,  il n’y a que des intérêts. C’est certainement pourquoi, après un premier mandat plutôt réussi et convaincant, le président Talon, plus sûr de sa vision et de ses ambitions politiques, tente d’élargir sa sphère d’influence et de ses amitiés politiques. Son aura, ses analyses et surtout les succès économiques et notations internationales engrangés par le Bénin, travaillent pour cette cause. Tenter donc de se rapprocher d’une telle « figure emblématique » de la politique africaine, un personnage de la trempe de l’ex-président nigérian, est une véritable prouesse diplomatique. Loin d’être un aveu d’échec, c’est un acte hautement positif, et avantageux à plus d’un titre. Le rapprochement en vue confirme, selon les observateurs,  que Patrice Talon est un  homme d’Etat  pragmatique. Il semble, d’ailleurs,  préoccupé par le développement économique et le mieux-être de ses compatriotes. On connait tous les liens étroits, presque intimes,  entre la famille Soglo et le président nigérian. Olushegun Obasandjo  ne s’en cache pas d’ailleurs. Il l’a démontré de nouveau  par sa présence aux cotés des Soglo depuis le décès de dame Rosine Soglo. Par contre,  les relations entre la famille Soglo et le président Patrice Talon  en ce moment sont des plus houleuses. L’exil du fils ainé, Lehady Soglo, ancien maire de la ville de Cotonou en est pour beaucoup. 

A quitte ou double

Or, le Nigéria est un géant économique dont l’économie béninoise a beaucoup besoin. Aucun de ses voisins n’a donc  intérêt à lui tourner dos. 219 millions d’habitants, c’est un gros potentiel. En Afrique subsaharienne, le top 10 de la reprise estimée des économies est dominé par le Nigéria, même s’il   connait  des fragilités dues aux fluctuations du Naira, la monnaie nigériane. Avec un prix du baril qui, à fin mars 2021, était déjà en hausse de 26%, le pétrole devrait venir soutenir davantage cette performance. Par exemple,  la  fermeture des frontières nigérianes et le Covid-19, ont laissé des conséquences dramatiques de part et d’autre des frontières. En lui offrant 500 ha pour sa culture d’igname, le gouvernement béninois vise deux objectifs : d’abord l’emploi et ensuite pouvoir bénéficier de toute l’expertise et du carnet d’adresses du président nigérian. C’est juste un coup de poker  à l’étape actuelle. Le niveau de méfiance entre les deux parties étant trop élevé.  Comme dans un combat, c’est juste le round d’observation qui commence. Wait and see.

Wilfrid Noubadan

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here