Olofindji Babatundé, après l’admission de sa société à la Brvm:« Le groupe Tundé a encore de beaux jours devant lui »

0
870




Avec un air joyeux et serein, Razaky Olofindji Babatundé, Pdg du groupe Tundé, au détour d’un entretien qu’il nous a accordé, quelques semaines après l’admission de l’une de ses entreprises à la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm), a rassuré de ce qu’aucune difficulté ne le fera reculer. A son avis, la marche vers le succès se poursuit et il n’y a aucune raison à baisser les bras. Il reste optimiste quant à la relance économique de ses entreprises. Lisez !

Le Matinal : L’imprimerie Tundé est admise à la Brvm. Qu’est-ce que cela lui apporte de plus ?



Effectivement, on y est admis. Et c’est une bonne nouvelle pour le groupe Tundé et ses clients. Nous ne sommes que deux groupes admis au Bénin, à un troisième compartiment d’un nouveau produit que la Brvm a introduit. C’est déjà une chance parce qu’on est 33 et ils ont reçu 10 dont deux au Bénin.

Mais, il y a un préalable. Un encadrement sera fait pendant deux ans, pour nous apprendre la nouvelle donne, la gouvernance d’une entreprise qui est en bourse. On nous rappellera les comportements à avoir, et comment rassurer les investisseurs. Et c’est à partir de cet instant qu’ils feront la cotation.

Un nouveau souffle donc pour l’entreprise…

Non seulement un nouveau souffle, mais aussi un nouveau départ ; parce que si ça marche bien et que nous avons un bon comportement vis-à-vis des investisseurs, le coût de l’action peut prendre de la valeur et de ce fait, on aura assez de moyens pour développer l’entreprise. Désormais, on ne sera plus les seuls pour la société. Dès que ça va démarrer, beaucoup d’actionnaires vont se positionner dans le capital de l’imprimerie Tundé, à travers la bourse. Ces actionnaires, ça peut être vous, ou d’autres personnes, car, la bourse va l’ouvrir à tout le monde à un coût déterminé. Ils n’auront qu’à investir et aller se tenir tranquilles. L’imprimerie, en plus de sa renommée internationale et ses prouesses déjà réalisées, travaillera pour améliorer ses performances afin de s’imposer davantage pour que grandisse l’entreprise. Les actionnaires, depuis leurs pays où partout où ils seront, vont percevoir régulièrement leurs dividendes. D’autres peuvent même revendre chèrement plus, leurs actions et se faire beaucoup d’argent.

Cette admission est une opportunité pour que l’imprimerie Tundé aille de l’avant, mais aussi une occasion pour les investisseurs et un avantage pour les clients et les employés de l’entreprise.

Est-ce que c’est l’imprimerie Tundé seule qui est admise à la Bourse ou bien tout le groupe ?

C’est l’imprimerie Tundé seule qui est évaluée pour le moment ; et nous remercions Dieu. Ils nous ont ciblés, et au terme de l’évaluation, le résultat est bon. A notre avis, c’est une chance. Nous sommes pratiquement la seule imprimerie dans les huit pays de l’Ueomoa à bénéficier de cette opportunité d’admission. Et ce n’est pas sans la qualité et la rigueur qui caractérisent notre travail depuis des dizaines d’années que nous existons.

Depuis un certain moment, le groupe Tundé parle moins de lui-même. Qu’est-ce qui ne va pas ?



Chez nous, on dit que la vie n’est pas une ligne droite et comme le dit mon feu père, si tout marche tout le temps ça peut raccourcir la vie. De temps en temps, il faut s’attendre à des moments difficiles. L’essentiel, c’est la capacité de sortir de la crise qui fait l’homme. Cela doit arriver, et c’est pour cela que le Bon Dieu a dit dans les écritures saintes que ceux qui vont subir l’endurance, qui auront la patience quand ils sont en difficulté verront sa gloire. Le groupe Tundé n’a pas fermé. Nous sommes encore là. Nous travaillons pour mieux servir le Bénin et les autres pays de l’Afrique. Les difficultés que nous rencontrons sont inhérentes à toutes les entreprises. Je peux vous rassurer que le groupe Tundé a encore de beaux jours devant lui. Nous avons toujours marqué la surprise. Nous la ferons. Notre silence est simplement synonyme de concentration sur nos difficultés pour nous relancer avec vitesse. Je ne suis pas seul dans l’entreprise. Je suis avec des gens qui travaillent pour que ça change. Notre admission en bourse est la preuve de ce que nous ne sommes pas morts. Nous n’avons pas postulé pour y aller. C’est la qualité de notre travail et surtout la diversification de nos produits. Et nous n’allons pas nous arrêter là. Tundé est là, en forme.

Un message aux clients et partenaires du groupe Tundé ?

Je rêve, non seulement de mon développement, mais surtout du développement des entreprises africaines. Il y a de l’argent dans le monde. Qu’on travaille pour faire développer nos entreprises, nos pays. Il y a espoir et c’est l’espoir que je veux partager avec tous ceux qui viendront investir dans le capital de l’imprimerie, dans un premier temps, et ensuite dans le groupe Tundé qui nourrit l’ambition d’aller en bourse pour permettre aux investisseurs qui ne voudront pas aller dans l’imprimerie de venir dans nos autres filières.

Je peux annoncer à nos partenaires que nous avons déjà engagés la procédure pour installer au Bénin une machine qui fabrique les étiquettes. On sera le seul dans la sous-région et ce sera pour servir les industries qui en ont besoin. Dans tout l’Uemoa, le Bénin est le pays qui va avoir cette machine.

Propos recueillis Abdourhamane Touré

LAISSER UN COMMENTAIRE