Home INTERNATIONAL Omc:Vers une nomination de la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala à la tête de...

Omc:Vers une nomination de la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala à la tête de l’organisation

0
1042

L’Organisation mondiale du commerce devrait avoir pour la première fois une femme à sa tête. En effet, plus rien ne s’oppose à voir la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala nommée à la direction générale de l’organisation. Sa concurrente, la ministre sud-coréenne du Commerce Yoo Myung-hee s’est retiré en fin de semaine et Washington a donné son feu vert vendredi.

La voie est libre pour Ngozi Okonjo-Iweala. La Nigériane est désormais seule en lice pour la direction générale de l’OMC. Sa concurrente, la ministre sud-coréenne du Commerce, Yoo Myung-hee a retiré sa candidature vendredi. Et dans la foulée, c’est la Maison Blanche qui a donné sa bénédiction. L’arrivée de Joe Biden a tout changé. L’ex-président des États-Unis Donald Trump, hostile à l’Omc, bloquait la désignation de la Nigériane. Une nomination qui nécessite le consensus des 164 pays membres. L’administration Biden a désormais apporté « son soutien appuyé ». La route est donc dégagée pour Ngozi Okonjo-Iweala. En plus d’être la première femme à la tête de l’Omc, elle serait la première directrice générale originaire d’Afrique.  Elle ne crie pas victoire pour autant et souligne que « l’Omc doit se concentrer sur la pandémie de Covid-19 et la reprise économique mondiale ». En octobre dernier, elle avait indiqué l’une de ses priorités : rebâtir l’organe de règlement des différends -le tribunal de l’Omc- torpillé par l’administration Trump. Sa nomination officielle pourrait intervenir avant la prochaine réunion du Conseil général de l’Omc prévue le 1er mars prochain.

 

rfi

Qui est Ngozi Okonjo-Iweala ?

Après le retrait de la candidate sud-coréenne Yoo Myung-hee, la voie est libre pour la Nigériane de devenir la première femme et la première Africaine à diriger l’Organisation mondiale du Commerce.

A l’Organisation mondiale du commerce (Omc), une nouvelle page de l’histoire est sur le point de s’écrire. Ce vendredi 5 février 2021, Yoo Myung-hee, ministre du Commerce sud-coréenne, a officiellement retiré sa candidature pour prendre les rênes de l’organisation. La future dirigeante sera donc Ngozi Okonjo-Iweala, ex-ministre des Finances du Nigeria. Elle sera la première femme, et la première Africaine, à la tête de l’Omc. Ce n’est pas la première fois que Ngozi Okonjo-Iweala casse un plafond de verre. En 2003, elle est nommée à la tête du ministère des Finances de son pays, le Nigeria, par le président de l’époque, Olusegun Obasanjo. Elle devient la première femme à occuper ce poste qu’elle gardera jusqu’en 2006, puis qu’elle reprendra pour un second mandat entre 2011 et 2015. Entre les deux, un bref passage au ministère des Affaires étrangères, en 2006. La fille d’un professeur, Okonjo-Iweala réalise des études brillantes, quittant le Nigeria en 1973 direction les États-Unis, où elle complétera un premier cycle en économie à la prestigieuse université d’Harvard. Quelques années plus tard, elle complète une thèse sur le développement agricole au Nigeria à l’Institut de technologie du Massachusetts (Mit).

 

25 ans à la Banque mondiale

 

L’économiste s’installe ensuite durablement aux États-Unis, à Washington, où elle travaillera pendant 25 ans pour la Banque Mondiale. Elle atteint le second poste de direction le plus élevé de l’institution en 2007, un siège qu’elle conservera jusqu’en 2011 lors de son retour au Nigeria. Comme le souligne la Bbc, son action s’est notamment tournée vers le développement de pays émergents. Ses efforts ont par exemple permis de récolter, en 2010, près de 50 millions de dollars américains dans un fond pour les pays les plus pauvres de la planète. « Je suis une personne simple avec des goûts simples », assurait-elle dans un entretien avec le Financial Times en 2015. Ngozi Okonjo-Iweala a plusieurs fois mis en valeur cet aspect de sa personnalité. Ministre, elle refusa par exemple les nombreuses voitures de fonction ou la mise à disposition de domestiques sont offertes aux dirigeants nigérians.

 

Fragilisée par les Etats-Unis

 

Sa candidature pour occuper le poste de directrice générale de l’Omc a dans un premier temps était fragilisée par l’opposition des États-Unis, qui lui préférait sa rivale Sud-Coréenne sous la présidence de Donald Trump. L’élection de Joe Biden aura en ce sens changé la donne, l’administration du 46ème chef d’État américain ayant apporté son soutien à la candidate nigériane.

 

rtl

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here