Le Bénin disposera dans les tout prochains jours d’une place des Amazones. Située entre le palais des congrès de Cotonou et la présidence de la République, la place du monument des Amazones est en cours de finition. Interrogé sur la radio nationale, le président de l’Association béninoise d’étude stratégique et de sécurité, Oswald Padonou, évoque l’importance de cette place à Cotonou. Lire ci-dessous un extrait de sa déclaration sur radio Bénin.

« Une place des amazones à Cotonou, plutôt qu’à Abomey, où l’histoire des Amazones a eu tout son sens dans le combat que le roi Béhanzin a livré aux troupes françaises. Simplement parce qu’une place des Amazones est importante. La représentation de l’Amazone comme celle de la jarre trouée qui appelle au rassemblement, est de mon point de vue aujourd’hui une part de notre histoire autour de laquelle nous nous identifions tous et avec laquelle nous construisons le récit national. Les Amazones du roi d’Abomey qu’on appelle les Minan, nos mères symbolisent la représentation de la combativité, du don de soi pour sa patrie. Dans l’histoire, les amazones comprises comme les armées où les régiments des femmes guerrières ont existé également dans d’autres contrées du monde. Ce qui fait de mon point de vue, la particularité des amazones d’Abomey, c’est cet incroyable courage, cette audace devant la mort et qui surprend plus d’un, en premier les troupes françaises. C’est vraiment une logique de la guerre totale qui vraiment caractérise les amazones du Dahomey. Tout comme je l’ai dit, il y a eu dans d’autres contrées du monde également déjà dans l’histoire des régiments de l’armée, des femmes combattantes qui étaient organisées, hiérarchisées, qui avaient des modes de recrutement, de formation, d’entrainement spécifique. Mais les nôtres, faisaient preuve d’un courage vraiment tout à fait exceptionnel. D’ailleurs, comme je l’ai dit, la légion française, les troupes françaises étaient tout à fait surprises par tant de courage  et de détermination. D’ailleurs, à l’époque en France, les archives montrent que plusieurs représentations théâtrales avaient intégré dans leurs scénarii la figure de l’Amazone. On avait depuis avec le retour que les soldats qui étaient en France faisaient au sein de l’armée, on avait cette figure de la femme amazone, rude, impitoyable face à l’adversaire, mais aussi déterminée à défendre sa patrie. C’est quelque chose qui avait impressionné les soldats français, mais aussi les acteurs du théâtre français qui ont davantage développé ce rôle-là. Donc, je pense que c’est extrêmement important d’avoir une place des Amazones  parce que c’est vraiment dans cette histoire que nous nous édifions. Cette histoire construit notre conscience collective à partir de notre histoire, d’où nous venons, qui sommes-nous et où nous allons. Aujourd’hui, dans notre armée, dans d’autres corps professionnels, dans lesquels le courage, l’abnégation, le don de soi, sont des valeurs essentielles, l’histoire des amazones est un puissant outil, une source intarissable d’enseignements pour notre armée mais aussi pour tous ceux qui sont d’une manière ou d’une autre sont appelés à servir l’intérêt public, l’intérêt général. Je pense que c’est important qu’on ait une présence physique de cette histoire et de ce qu’elle nous inspire au cœur de la ville de Cotonou, qui est la plus grande ville de notre pays ».

 

Source : Radio Bénin

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here