Le gouvernement fait désormais du social son cheval de bataille. Après le paiement de la facture des 38 patients démunis du Centre national hospitalier universitaire Hubert Koutoucou Maga, il a pris en charge les frais de soins et d’hospitalisation d’autres malades dépourvus de moyens.

Après le ouf de soulagement des 38 malades gardés pour non-paiement des frais de soins au Centre national hospitalier universitaire Hubert Koutoucou Maga, les patients démunis des centres de santé installés sur l’ensemble du territoire national bénéficient également de l’acte social du gouvernement. En effet, après la prise en charge intégrale des frais de soins et d’hospitalisation de 38 malades du Cnhu-Hkm, la veille de la saint Sylvestre, le chef de l’Etat a décidé d’étendre la mesure dans tous les hôpitaux et centres de santé du pays et ordonné la prise en charge de ces frais par l’Etat afin que les intéressés rentrent fêter en famille. Cet acte hautement social de l’Exécutif vient compléter la liste des mesures sociales prises par le gouvernement pour soulager un tant soit peu la peine des populations qui vivent en dessous du seuil de la pauvreté. Le chef de l’Etat avait annoncé les couleurs par la prise de mesures sociales d’atténuation des effets socioéconomiques du Covid-19. Cela, en mettant en place un programme de soutien au secteur productif estimé à 74,12 milliards de francs Cfa. Ce programme est renforcé dans la loi de finances gestion 2021 du fait des répercussions négatives du Covid-19 sur les couches sociales déjà fragiles et dans les domaines d’activités des artisans. L’évolution en volume des efforts financiers de l’Etat en faveur du social illustre sa détermination à donner du sens au renforcement des services sociaux de base et au développement équilibré et durable de l’espace national, portés par les axes 6 et 7 du Programme d’actions du gouvernement (Pag 2016-2021) ». Les secteurs santé et protection sociale, protection de l’environnement et assainissement, loisirs, sport et culture, affaires économiques et équipements, l’éducation, etc., cumulent une part importante des crédits ouverts au budget de l’Etat pour la gestion 2021. Les ressources décaissées au profit de ces fonctions représentaient 47,24% des prévisions de dépenses du budget général contre une moyenne de 27,5% entre 2016 et 2019 et une estimation 43,4% pour l’année 2020 ».

 

Odi I. Aïtchédji

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here