Le Bénin entend assainir la structure du sous-secteur eau pour mieux prendre en charge le programme du gouvernement en matière d’accès à l’eau potable et à sa pérennité. Pour ce faire, le Conseil des ministres en sa séance du mercredi 11 novembre 2012, a examiné le rapport de la mission d’audit dans le secteur de l’eau et a approuvé la mutation institutionnelle de la Direction générale de l’Eau (Dge).

La Direction générale de l’eau (Dge), va retrouver ses fonctions régaliennes, notamment l’élaboration de la politique nationale et des stratégies relatives à la gestion de l’eau, la promotion et le suivi des activités des structures et organes de gestion intégrée des ressources en eau. En effet, constatant que la multiplicité des acteurs, des intervenants et des structures n’est pas toujours gage d’efficacité et d’efficience, le président Patrice Talon a fait de l’accès pour tous à l’eau potable d’ici 2021 un programme phare de son action à la tête de l’Etat. A cet effet, il a mobilisé des moyens colossaux pour la politique de ses ambitions. Une politique qui a conduit à la création d’une seule Agence nationale de bassins hydrographiques en lieu et place de plusieurs Agences comme c’est le cas actuellement, pour gérer les ressources en eau des bassins naturels dont regorge le Bénin. Par ailleurs, la mutation de la Dge est une stratégie de réformes structurelles de l’administration qui va rationaliser les moyens pour des résultats probants. Elle est le fruit d’une recommandation d’un audit commandité dans le but d’assurer une meilleure prise en charge du secteur de l’eau par la structure la mieux indiquée.

 

Benjamin N. Douté

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here