L’heure des grandes manœuvres

Que cachent les félicitations de Irenée Agossa à Paul Hounkpè, récemment nommé chef de file de l’opposition ? Cette question a été décortiquée sur l’émission ‘’Le Grand soir’’ de la chaîne de télévision E-Télé hier mercredi 06 mai 2021. Pour le Consultant politique et Expert électoral, Agapit Napoléon Maforikan, c’est une manière pour l’ancien militant du parti ‘’Les démocrates’’ et candidat à la vice-présidence d’indiquer qu’il a, lui aussi, un rôle à jouer au sein de l’opposition. Dans cette veine et dans la perspective des Législatives de 2023, il n’est pas exclu qu’il se retrouve au sein du parti Force cauri pour un Bénin émergent. Lire des extraits de son analyse où il estime que l’heure des grandes manœuvres a sonné.

 

« …Colistier de Corenthin Kohoué à la Présidentielle du 11 avril 2021, Iréné Agossa a félicité Paul Hounkpè pour sa nomination en tant que chef de file de l’opposition. A travers cet acte, c’est un message fort qu’il lance. Il entend jouer un rôle au sein de l’opposition. D’ailleurs, il l’a dit clairement au lendemain de la proclamation des résultats de cette joute électorale. Il ne voit plus le parti ‘’Les démocrates’’ dans le jeu. C’est d’ailleurs pourquoi il a déposé sa démission, car son ambition est d’incarner la nouvelle opposition. Mais en face, il y a un mastodonte. C est la Fcbe. Elle a déjà un appareil qui se déploie sur le terrain. Ayant un bon flair politique, il pourrait décider d’atterrir au sein de la Fcbe. Cela est à envisager dans la mesure où le temps pour lui de transformer la dynamique Restaurer la confiance (Rlc), dans la perspective des Législatives de 2023, en un parti est trop court.  Mieux, il doit pouvoir travailler sur les moyens et l’ancrage. Or, le conteste actuel ne permet pas aux partis patrimoines d’avoir le vent en poupe. Et ce serait un gros risque pour Irénée Agossa d’injecter le peu de moyens qu’il a dans la création d’un parti et la gestion d’une électorale législative dans 24 circonscriptions électorales. Cela, surtout avec la nouvelle donne politique où la répartition des sièges est conditionnée à l’atteinte du seuil de représentativité nationale de 10%. Face à ces enjeux, les Fcbe pourraient être pour lui une parade. Ces derniers auront surement besoin de renforts, surtout après certains départs et peut-être d’autres qui s’annoncent. Tant pour les Fcbe et pour Irénée Agossa, ça pourrait être une bonne nouvelle… »

 

Un jeu d’intérêts

 

« … La politique, ce n’est pas un jeu d’amis. C’est un jeu d’intérêt. Ça se joue en rapports de forces, en calcul politicien ou en casting. Si les intérêts se croisent entre les Fcbe et Irenée Agossa, ils vont sceller cette adhésion. De toutes les façons, les Fcbe avec Paul Hounkpè sont dans une bonne dynamique, et ce serait intéressant pour ceux qui veulent incarner l’opposition de les rejoindre.  En effet, le groupe à Paul Hounkpè, Soumanou Djimba et Idrissou Bako a compris qu’il faille se maintenir dans le dispositif. Ils se sont rapidement mis dans la dynamique des réformes politiques, parce qu’ils ont compris que les choses évoluent. Et aujourd’hui, ils en tirent les fruits… »

           

Ratisser large

 

« …Dans le cadre des Législatives de 2023, aussi bien l’opposition que la majorité, chacun a intérêt à ratisser large pour se maintenir dans la perspective de la présidentielle de 2026 et pour rester dans la course. Nous sommes à un nouveau carrefour où les cartes se redistribuent. C’est donc l’heure des grandes manœuvres comme l’avait dit le président Justin Ahomadégbé en 1990-1991 quand il a été élu député et doyen d’âge. Effectivement, c’est l’heure des grandes manœuvres, parce que nous sommes de plain-pied dans la réforme et dans ses résultats. Chaque parti, que ce soit de la mouvance ou de l’opposition, doit compter sa troupe, compter son positionnement et travailler sur son ancrage pour se maintenir dans la course aux Législatives de 2023 et à la Présidentielle de 2026… »

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here