Suite à un recours introduit par un citoyen contre sa détention arbitraire au commissariat de Djigbé, dans la Commune de Dangbo, le commissaire dudit commissariat a été condamné par la Cour constitutionnelle. C’est par une décision rendue le 1er avril 2021.

Le commissaire de Djigbé, dans la Commune de Dangbo a été condamné pour détention arbitraire. Reconnu coupable, il a été saisi avec le policier Ghislain Djidonou suite au recours formulé par le sieur Narcisse Dégila pour abus d’autorité, détention illégale puis traitement inhumain et dégradant. Selon la décision rendue par les sept Sages de la Cour constitutionnelle, le commissaire a violé l’article 35 de la Constitution béninoise du 11 décembre 1990. La Haute juridiction a aussi souligné que l’arrestation de Narcisse Dégila et de Bernard Singbo est arbitraire et que le traitement dégradant et humiliant subi par les deux concernés au commissariat de Djigbé violent l’article 18 de la Constitution. D’après l’exposé des faits dans le recours introduit devant la Cour, Narcisse Dégila et Bernard Singbo ont été arrêtés le 4 octobre 2020 dans une buvette à Djigbé suite à des échanges verbaux. Bernard Singbo étant un chauffeur, a adressé des salutations d’usage à un groupe de personnes où se trouvait un policier du nom de Ghislain Djidonou. N’ayant pas apprécié l’attitude de Bernard Singbo et de Narcisse Dégila, le policier a fait appel à un véhicule pour les embarquer. Les deux hommes embarqués, estimant qu’ils n’ont rien fait de mal, se sont opposés à cette décision. C’est ainsi que le policier qui conduisait le véhicule va exercer des violences sur eux et les embarqués de force pour le commissariat de Djigbé. Les deux citoyens ont été ensuite gardés à vue pendant 28 heures debout menottés, privé d’eau et de nourriture. Par la suite, ils ont été auditionnés et relâchés avec obligation de garder le silence sous menace d’être à nouveau interpelés. C’est face à cet évènement fâcheux au commissariat de Djigbé que les deux citoyens ont saisi la Cour constitutionnelle présidée par Joseph Djogbénou pour que justice leur soit rendue.

 

Léonce Adjévi

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here