Ancienne garde des sceaux et actuelle conseillère spéciale du président Faure Gnassingbé, Reckya Madougou était l’invitée de « Le Club de l’économiste » du mercredi 30 septembre. Au cours de cette émission, elle a répondu aux questions relatives au développement du continent africain qu’elle a abordé dans son ouvrage intitulé « Soigner les certitudes »  récemment publié. Selon l’invitée de ce 4ème numéro, les Etats africains doivent mettre en place un mécanisme de renforcement des capacités par rapport à l’entreprenariat en offrant la chance et sans discrimination à la jeunesse. Ainsi, au dire de cette dernière, c’est le moment pour les Africains en général et les Béninois en particulier de s’opposer aux préjugés et de réfléchir sur leurs propres stratégies de développement à travers la mise à disposition des ressources financières adéquates. « Si les Etats africains prennent en compte l’inclusion financière, les jeunes iront de moins en moins dans la Méditerranée. Ils auront à faire. Ils auront de l’espoir. Il y aura également moins de terrorisme en Afrique », a-t-elle déclaré. Insistant sur ce second aspect développé dans son ouvrage, l’ancienne ministre béninoise de la Microfinance a fait savoir que seule la citoyenneté et la spiritualité de l’effort permettront à un individu d’être non seulement économiquement rentable, mais aussi différent d’un autre.

 

Benjamin N. Douté

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here