Les élus locaux du Bénin disposent désormais d’un Code d’éthique et de déontologie. Il s’agit d’un outil qui non seulement aidera les maires et leurs collaborateurs à améliorer la gouvernance locale mais aussi permettre une rationalité dans la gestion des ressources financière. La cérémonie de lancement et la remise officielle du document a eu lieu jeudi 20 août 2020 à l’Infosec de Cotonou. C’était en présence des 77 maires ou de leurs adjoints. A en croire le ministre de la Décentralisation, le document vient combler un vide que le Bénin a connu depuis plus d’une quinzaine d’années de mise en œuvre effective de la décentralisation. « Dans un contexte marqué par la rareté des ressources où les populations exigent plus de transparence et d’efficacité dans la conduite des affaires publiques, il est de plus en plus reconnu que les administrations qui accordent une place de choix à l’éthique affichent une bonne performance. Par conséquent, les gouvernants se doivent de prendre des mesures fortes pour garantir une bonne gestion des fonds publics et ce, pour la satisfaction des diverses parties prenantes que sont : les citoyens, les usagers, les Partenaires techniques et financiers », a déclaré le ministre Alassane Séidou. Le Code d’éthique et de déontologie des élus locaux rappelle d’une part, les valeurs universellement reconnues comme le respect de l’usager du service public, la neutralité et l’impartialité, la probité, l’intégrité, l’équité, la conscience professionnelle et d’autre part, les devoirs qui sont exigibles aux membres de l’administration communale depuis leur installation jusqu’à la fin de leur mandat. Plusieurs règles ont été établies en vue de prévenir notamment toute situation où l’intérêt personnel du membre du Conseil communal peut influencer son indépendance de jugement dans l’exercice de ses fonctions, le favoritisme, la malversation, les abus de confiance ou autres inconduites. La mise en place de cet outil de référence est aussi un moyen permettant de satisfaire les exigences communautaires contenues dans la directive du 27 mars 2009 portant Code de transparence dans la gestion des finances publiques au sein de l’Union économique monétaire ouest africaine (Uemoa) qui en son point 7 fait ressortir, entre autres tâches dans le cadre harmonisé des finances publiques.

 

Marcus Koudjènoumè

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here