Le président de l’Union progressiste, Bruno Amoussou exhorte au respect des principes universels de la démocratie et à l’arbitrage du peuple béninois. C’était à l’occasion de sa descente dans les départements du Zou, des Collines, de l’Atlantique, du Plateau et du Couffo pour porter aux populations les grandes lignes du programme du duo Talon-Talata pour le quinquennat 2021-2026.

Fort de son expérience politique et du poids de l’âge, Bruno Amoussou, à la tête de l’Union progressiste entouré de ministres et de députés estampillés Up est descendu sur le terrain dans le cadre de la campagne électorale pour porter aux populations des départements du Zou, des Collines, de l’Atlantique, du Plateau et du Couffo, les grandes lignes du programme du duo Talon-Talata pour le prochain quinquennat. Pour cette mission pour le compte du candidat de l’Up à la Présidentielle du 11 avril prochain, Bruno Amoussou n’a rien perdu de son énergie, de sa pugnacité, de son sens des symboles et des formules. Il n’a rien perdu de sa lecture profonde des données politiques actuelles. Pour cette sortie, le président de l’Up a articulé son message avec quelques variantes selon les départements, selon les Communes autour de trois déterminismes. Il s’agit du développement visant le bien-être des Béninois comme finalité de la démocratie au Bénin, le renforcement de la cohésion nationale et l’arbitrage des Béninois par un fort taux de participation. Sur le volet développement avec pour effets induits l’épanouissement des populations du Sud et du Nord, de l’Est comme de l’Ouest, Bruno Amoussou a plaidé pour l’élection du duo Talon-Talata sur fond de preuves de réalisations d’infrastructures de première importance. Du bilan du quinquennat de Patrice Talon, ces preuves de développement sautent à l’œil, redessinent le paysage urbain des villes principales et secondaires du Bénin et modernisent l’environnement économique du pays. Pour exemple dans le département du Zou, il est désormais aisé de faire la jonction sur des voies bitumées entre les Communes de Toffo, Zogbodomey, Agbangnizoun, Abomey jusqu’à Djidja. Avec dans chacune de ces Communes des hôtels de ville sortis de terre. Mais en dépit de ces réalisations qui tiennent d’une révolution économique au Bénin, des critiques fusent de l’opposition et s’expriment par exemple en cette phrase : « On ne mange pas du goudron ». Le président de l’Union progressiste démontre comment « On peut bien manger du goudron ». En effet, les voies bitumées favorisent et accélèrent la mobilité des populations et partant les échanges économiques. Des voies bitumées qui confèrent un gain de temps et donc assurent une économie d’échelle, notamment en réduisant les coûts de transport des personnes et des biens. Ces nouvelles voies assurent un rapide accès aux différents marchés, ce qui met à l’abri de l’avarie les produits des hommes et femmes du pays profond qui participent au Pib de la Nation.

Le challenge de participation

Sur le volet taux de participation, Bruno Amoussou dans les fiefs de l’Up, tout en soulignant et se réjouissant de la forte mobilisation des militants aux différents meetings,  demande d’aller plus loin. Plus loin en incitant les Béninois à s’acquitter du devoir civique, celui d’aller voter et massivement. C’est ce taux de participation qui donnera la preuve que la majorité est pour la continuité de la politique mise en œuvre depuis 2016. Et comme en démocratie le pouvoir émane du peuple, le verdict des urnes par le vote massif exprimé en faveur du duo Talon-Talata finira de convaincre sur la nécessité de lui conférer un second quinquennat. Comme St Thomas Bruno Amoussou attend le 11 avril au soir pour tirer tous enseignements de l’élection présidentielle.

 

Abdourhamane Touré

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here