Le weekend dernier, les populations et cadres de Bantè ont prié pour la paix dans la ville. Occasion pour les uns et les autres de constater que, loin des violences évoquées, paix et sérénité règnent à Bantè.

Calme et accalmie. C’est  ce qu’il convient de dire suite aux investigations faites par la presse le weekend dernier dans la Commune de Bantè. En effet, les réseaux sociaux ont fait état, depuis quelques semaines  de « guerre », psychose et  tension destinées à perturber l’échéance électorale du 11 avril prochain dans la Commune. D’autres ont même évoqué une militarisation de la ville.  «Tout ce cela est faux. La ville est calme, et pourtant sur les réseaux sociaux, il parait que Bantè est en guerre.  Le peuple de Bantè est un peuple pacifique. Bantè se considère comme et fait partie intégrante de la République ». C’est en ces termes que, l’édile de Bantè, Edmond Babalèkon Laourou, a démenti toutes les allégations portées sur les réseaux sociaux sur sa ville. Au centre des événements, d’incompréhensions mineures avec les forces de l’ordre au sujet d’une convocation. Le maire s’offusque et se désole de la psychose inutile entretenue contre sa ville. Il invite donc ses administrés à ne pas céder aux provocations, mais surtout à garder leur sérénité. Pour sa part, sa Majesté Adé Funlutu, roi de Bantè, s’insurge contre ce qu’il appelle « manipulations fomentées » sur les réseaux sociaux pour perturber la quiétude des populations. « Cela m’étonne quand on évoque tout ce qui se passe sur les réseaux sociaux. Je me demande même si c’est de Bantè qu’il s’agit. Quand vous êtes arrivés, il y a le calme ici non ? Il n’y a rien. Il y a la paix et le calme. Si y a des troubles, nous allons les signaler », a déclaré sa majesté. Lors d’une messe d’action de grâce organisée à la  paroisse St Joseph de Bantè, les populations ont, quant à elles,  prié pour une élection apaisée, et  imploré la grâce de Dieu  afin qu’il veille sur le Bénin et Bantè. « Sans la paix, on ne peut pas vivre », a déclaré  lors de son homélie, le Père Romuald Ogougbé, curé de la paroisse. Natif de Bantè, le colonel des douanes, Marcellin Laourou, se sent  lui aussi plus que préoccuper. Intervenant lors de la messe d’action de grâce, il a invité les paroissiens a prié pour « qu’il n’y ait pas de troubles et qu’aucune goutte de sang d’un natif de Bantè ou d’ailleurs ne coule ». Pour lui,  il n’y ni  soulèvement et guerre à Bantè. « A tout moment les adversaires en politique peuvent se retourner, et devenir des amis. Vous ne devez donc pas prendre de risque inutile pour les hommes politiques. Chaque fils et fille de Bantè  doit être un apôtre de la paix. La politique ne peut pas diviser les fils et filles de Bantè », a-t-il ajouté.

 

Wilfrid Noubadan

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here