A moins de trois mois du 1er tour de la Présidentielle au Bénin, la fièvre électorale commence à monter. Partis politiques, potentiels candidats et institutions impliquées dans l’organisation du scrutin retroussent les manches pour le bon déroulement de l’élection prévue pour se tenir le 11 avril prochain.

Le processus électoral pour la Présidentielle du 11 avril prochain est enclenché. Depuis le lundi 11 janvier 2021, la  Commission électorale nationale autonome (Céna) a publié le calendrier électoral. Conformément au chronogramme rendu public, les députés et les maires devront entrer en possession des formulaires nominatifs de parrainage de candidature du 12 au 31 janvier 2021. Depuis hier, cela est une réalité. Les élus ont commencé le défilé au siège de la Céna pour retirer le document qui fait désormais partie intégrante des pièces constitutives du dossier de candidature. Pour le compte de cette première journée de retrait, 12 députés et 9 maires se sont offert le formulaire avec l’assurance qu’ils contribueront à l’animation du processus devant conduire à l’organisation de la grand-messe électorale du 11 avril. La liste des pièces à fournir par les candidats a été également publiée hier par le président de la Céna pour situer les potentiels aspirants à la fonction présidentielle. Si l’institution chargée d’organiser les élections au Bénin se plie déjà en quatre pour le respect scrupuleux de son agenda, les autres institutions impliquées dans le processus électoral ne restent pas les bras croisés. A l’initiative du président de la Cour constitutionnelle, elles tenue une rencontre le vendredi 8 janvier 2021 au siège de la Haute juridiction à Cotonou. Ladite séance a permis aux responsables ou représentants du Conseil d’orientation et de supervision (Cos-Lépi), de la Commission électorale, des départements ministériels impliqués et de la Cour constitutionnelle d’échanger sur l’exécution du chronogramme de chaque acteur, de scruter les difficultés et les mesures à prendre afin d’offrir une fois encore au Bénin une élection transparente et apaisée. A l’issue de la concertation, le président Joseph Djogbénou a rassuré les Béninois, qu’il n’y a pas de difficultés majeures qui puissent faire craindre des situations pathogènes à l’organisation du scrutin. Chaque acteur a été donc renvoyé à ses tâches régaliennes pour le bon déroulement de l’élection.

 

Effervescence dans les états-majors des partis politiques

 

Au sein des partis politiques, les états-majors travaillent à dégager leur candidat pour ceux qui ne l’ont pas encore fait et à s’organiser pour la campagne électorale. C’est le cas de l’Union progressiste (Up), la plus grande formation politique actuelle du Bénin, dont le Bureau politique a pris le samedi 9 janvier 2021, 10 décisions dont la plupart concerne la participation du parti à la Présidentielle. Il s’agit entre autres, de l’invitation adressée aux membres du parti qui le désirent, à proposer au présidium, des candidatures aux postes de président et de vice-président avant le 12 janvier à 18 heures. Après cette étape, une séance solennelle de désignation du candidat sera organisée le samedi 16 janvier prochain à Cotonou. Pour bien conduire la campagne électorale, le président Bruno Amoussou et les siens entendent s’appuyer sur les Comités communaux et les Coordinations départementales installés sur toute l’étendue du territoire. Selon le relevé des décisions sus-citées, des réaménagements ne sont pas à exclure au niveau de ces structures de base pour atteindre les résultats escomptés. Par ailleurs, la Direction exécutive nationale a été invitée par le Bureau à faire soumettre à son examen, l’organisation et le déroulement de la campagne électorale. Au niveau du Bloc républicain (Br), les lignes bougent également même si le candidat du parti a été déjà désigné en la personne de Patrice Talon. Il ne reste que le poste de vice-président à pourvoir. De sources concordantes, les deux grands partis de la mouvance doivent se concerter cette semaine pour proposer un vice-président pour constituer le duo du président Patrice Talon au cas où il répondrait favorablement aux différents appels à un second mandat de son de son peuple. Du côté de l’opposition, il y a aussi de l’effervescence. A la Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), 8 membres ont été désignés pour aller négocier les parrainages auprès des députés et maires du Br et de l’Up, la parti n’ayant pas les 16 élus. Mais avant, 3 membres du Bureau exécutif national à savoir Christine Gbédji, Clément Koutchadé et Prosper Adoukonou ont été suspendus jusqu’à nouvel ordre des activités du parti par le secrétaire exécutif national, Paul Hounkpè. Il leur est reproché d’avoir opiné au nom du parti sur un média sans être autorisés. Aux dernières nouvelles, l’ancien ministre de la Défense nationale de Yayi Boni, Théophile Yarou, conteste la suspension abusive de ces trois cadres. Dans une lettre ouverte adressée au Bureau exécutif national, mardi 12 janvier 2021, le premier secrétaire du parti exige leur réhabilitation. « Les démocrates » et le mouvement « Le rassemblement » de Joël Aïvo occupent aussi l’arène politique. Ils travaillent d’abord à obtenir les parrains pour pouvoir déposer le dossier de leur candidat. Le Parti du renouveau démocratique (Prd) de Adrien Houngbédji, la formation politique s’active également même pour l’organisation de son congrès au cours duquel son candidat à la Présidentielle va être désigné. Plusieurs noms circulent mais la probabilité est forte que ce soit Patrice Talon puisque le parti a refusé depuis 2016 de faire l’opposition. Le Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin) avait lui, déjà choisi Patrice Talon comme son candidat. Il suffira juste de l’investir et de descendre sur le terrain pour le pousser à la victoire. L’Union démocratique pour un Bénin nouveau (Udbn) pour sa part ne l’a pas encore mais le parti reste disposé à soutenir le président Talon au cas où il se déciderait de poursuivre l’aventure à la tête de la magistrature suprême. Un congrès sera aussi organisé pour officialiser le choix dans les jours à venir. Les prochains s’annoncent plus mouvementés avec les différents partis politiques qui vont investir leur candidat et la Céna qui poursuivra le déroulement du calendrier électoral.

 

Serge Adanlao

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here