Le chef de file de l’opposition a été reçu en audience vendredi 25 juin 2021, par le président de la Cour Constitutionnelle, Joseph Djogbénou. Paul Hounkpè a discuté avec le président de la Haute juridiction, de la possibilité de poser les problèmes, de faire en sorte que les questions qui fâchent soient abordées à temps afin d’éviter qu’elles ne se transforment en crises.

Le chef de file de l’opposition, Paul Hounkpè, souhaite qu’il y « ait une possibilité de discuter avec la Cour conssstitutionnelle, de poser les problèmes, de faire en sorte que les questions qui fâchent soient abordées à temps afin d’éviter qu’elles ne se transforment en crises. Il l’a fait savoir lors de l’audience que lui a accordée le président de l’institution, Joseph Djogbénou, vendredi 25 juin 2021. A l’en croire, depuis l’avènement de la Rupture, à chaque veille des élections, il y a des innovations qui viennent agiter la classe politique. Il a cité entre autres, l’exigence du certificat de conformité à la veille des Législatives de 2019, le quota des 10% lors des Municipales de 2020 et le parrainage dans le cadre de l’élection présidentielle de 2021. « Pour les élections législatives qui viennent (2023), il faut connaître les innovations. Il y aura une discrimination positive en faveur des femmes. Comment cela va se passer ? La liste sera conçue de quelle manière ? », s’est interrogé le chef de file de l’opposition. Selon Paul Hounkpè, il faut anticiper sur la question. Plus de 500.000 personnes décédées ont été relevées sur la Liste électorale permanente informatisée (Lépi). Pour le leader de l’opposition, il est important que cette liste soit corrigée avant les prochaines élections. Cette démarche de Paul Hounkpè a été appréciée par le président Djogbénou. « Les idées que vous venez d’exposer, la manière de les exposer et votre état d’âme lorsque vous les exposez démontrent toute la nécessité de votre poste. Je suis heureux de constater que le Bénin va encore et toujours étonner le monde. Vous insistez sur la nécessité du dialogue. Le dialogue est la base de la démocratie. En ce sens, vos préoccupations qui sont également en grande partie d’ordre politique sont entièrement partagées », a rassuré le président de la Cour Constitutionnelle.

Léonce Adjévi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here