La décision portant réglementation de la campagne médiatique pour l’élection présidentielle du 11 avril  prochain de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac) était au cœur de l’émission « 90 minutes pour convaincre » de la radio nationale hier dimanche 21 mars 2021. Etaient invités Franck Kpochémè, conseiller à la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac), président de la Commission média du service public et Soumanou Bio Séro, Directeur des affaires juridiques de la Haac. A cette occasion, ils ont décortiqué les articles 3 et 4 de ladite décision et l’accès gratuit aux médias par les duos candidats.

Conformément aux dispositions du Code électoral, la campagne médiatique pour la Présidentielle d’avril 2021 court du 26 mars à 0h au 9 avril à minuit. Selon l’article 3 de la décision rendue publique le 16 mars 2021 par la Haac, pendant cette période, les médias sont interdits de diffuser des chansons, jeux, spots, caricatures et toutes autres productions de nature à inciter à la haine, à mettre en péril la cohésion nationale, ainsi que de la publication de sondages d’opinion en rapport avec l’élection. Intervenant sur l’alinéa 2 de cet article, le conseiller Franck Kpochémè a indiqué que la décision interdit les sondages parce que le Bénin ne dispose pas encore d’instituts de sondage. « Les sondages ne gênent pas la Haac. Au contraire, la Haac serait très honorée de voir prospérer dans notre pays ces genres d’informations. Malheureusement, nous n’avons pas encore des instituts de sondage au Bénin. On ne se lève pas pour dire que tel sera élu. Dans les pays que nous imitons, il y a des instituts et quand ils le disent, c’est que c’est réel. On a vu aux Etats-Unis, en France. Malheureusement, chez nous au Bénin et en Afrique en général, on n’a pas encore de véritables instituts de sondage et la Haac espère que cela sera corrigé d’ici à là pour lui permettre de prendre en compte les instituts de sondage dans les décisions qu’elle sera appelée à prendre », a-t-il expliqué. Soumanou Bio Séro, Directeur des affaires juridiques de l’institution chargée de réguler les médias, a abondé dans le même sens. Selon lui, la décision de la Haac interdit les sondages pour éviter les statistiques biaisées. « La Haac n’a pas la volonté d’interdire les sondages d’opinion. C’est parce qu’elle se dit que les informations qui seront données seront biaisées. S’il y a des instituts qui pourraient nous donner des statistiques fiables, la Haac n’est pas contre. Mais il ne faudrait pas qu’on nous sorte des statistiques qui ne sont pas vraies », a-t-il ajouté.

 

L’accès égalitaire et gratuit aux duos aux médias abordés

 

L’accès égalitaire et gratuit aux duos candidats qui prennent part à ladite élection conformément à la décision portant réglementation de la campagne médiatique pour l’élection présidentielle de 2021 a été également abordé au cours de l’émission par les invités. Sur la question de savoir comment les promoteurs d’organes pourront faire un retour sur investissements par cette utilisation gratuite de leurs organes, Franck Kpochémè, a déclaré qu’un accompagnement de l’Etat sera fait à l’endroit de ces organes. « Nous avons fait une expérience l’année passée, il y a une modeste contribution pour les accompagner et la Haac est toujours dans cette dynamique. Donc, il y aura d’autres décisions avant l’ouverture de la campagne pour préciser les conditions d’appui de l’Etat aux organes de presse qui seront retenus à l’occasion de la campagne médiatique qui sera officielle », a-t-il laissé entendre. Un avis que partage Soumanou Bio Séro, Directeur des affaires juridiques de la Haac. A l’en croire, la  Haac a déjà fait le point de la campagne exclusivement médiatique pour les élections communales et a fait les suggestions à l’Etat pour que la prestation et la contrepartie à octroyer aux organes de presse soit améliorée cette année. « C’est l’Etat qui met les moyens à la disposition de la Haac. Cette année, cela se fera encore. La Haac a fait le point de la campagne exclusivement médiatique et a fait les suggestions pour que la prestation soit améliorée cette année et la contrepartie à leur octroyer aussi », a-t-il conclu.

 

Léonce Adjévi

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here