Le président du musée du Quai-Branly, Emmanuel Kasarhérou et sa délégation ont tenu une première séance de travail avec la partie béninoise hier jeudi 25 mars 2021 à Cotonou. Leur descente au Bénin entre dans le cadre de la restitution des 26 biens culturels au Bénin par la France. Les travaux purement techniques ont débuté par une séance avec le ministre de la Culture et celui des Affaires étrangères.

Les dés sont à présent jetés. Les travaux techniques entrant dans le cadre de la restitution des biens culturels au Bénin par la France ont démarré hier jeudi 25 mars 2021. Présent à la séance de démarrage, le ministre de la Culture, Jean-Michel Abimbola a expliqué qu’ils se sont « résolument mis au travail pour que les équipes qui vont conduire tout ce parcours de restitution, puissent se connaître, travailler ensemble, s’entendre sur la bonne organisation pour que tout se passe dans un parfait mouvement et évidement que cela soit exemplaire comme coopération. C’est une coopération particulière avec la France, patrimoniale et muséale qui a donné en décembre 2019, à la signature d’un document que nous appelons le Programme de travail commun ». En effet, durant cette séance tenue avec le président du musée du Quai- Branly et sa délégation, le ministre de la Culture et celui des Affaires étrangères et d’autres cadres, il a été question surtout de sujets techniques pour le transfert des 26 œuvres dans le 4ème trimestre de 2021. « Vous vous souvenez que le ministre de la Culture française, Franck Riester était là pour pouvoir nous permettre de tracer un chemin. Donc ce chemin qui a été tracé, ce chemin que nous sommes en train de parcourir. aujourd’hui Nous rentrons dans le vif du sujet. Nous travaillons sur des questions techniques. Donc il y a des équipes de part et d’autres qui vont travailler sur les questions juridiques, les questions logistiques, les questions des évènements qu’il faut créer autour de la restitution des biens. Tous les détails pour que cela se passe dans une parfaite symbiose et que cela soit une musique millimétrée », a précisé Jean-Michel Abimbola,.

 

Une étape importante

 

Ces travaux techniques constituent une étape importante pour une collaboration qui va se poursuivre entre le Bénin et la France selon lEmmanuel Kasarhérou.« Nous sommes là pour conconstruire, pour faire ensemble que cette restitution qui a été décidée par le Parlement français, dont nous avons la charge de mettre en œuvre, ce retour de ces œuvres pour la fin de l’année, se fasse de la manière la plus souple et dans la meilleur entente et avec un désir profondde construire ensemble quelque chose de nouveau car il me semble que cette restitution n’est pas une fin, c’est le début d’un nouveau parcours. C’est l’esprit dans lequel nous avons échangé », a expliqué le président du musée de Quai-Branly. Il n’a pas manqué de préciser qu’ils sont « soucieux que cet exercice soit également un exercice de transmission de savoir-faire, mais aussi d’invention et de construction commune pour faire en sorte que ces objets puissent retourner dans leur pays dans les meilleures conditions ». Il faut rappeler que la délégation française est au Bénin pour quatre jours de travaux techniques.

 

Merveille Sagbohan (Stag)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here