Robin Accrombessi au sujet du procès des « Faux médicaments » :« Les consommateurs ne sont pas entièrement satisfaits »

1
1217




Le président de l’association « La voix des consommateurs », Robin Accrombessi, s’est prononcé sur le procès des grossistes et répartiteurs de faux médicaments. Il a estimé que les consommateurs ne sont pas satisfaits de la façon dont le procès s’est déroulé puisque les vraies victimes que sont les consommateurs n’ont pas été écoutées. Lire son interview accordée à la radio Océan Fm.

« Les consommateurs peuvent commencer par pousser un ouf de soulagement par rapport aux différentes actions menées par le gouvernement du Nouveau départ. On a connu d’abord l’implication des forces de l’ordre dans la destruction du marché de Adjégounlè. Il y a eu également l’opération Pangea IX, puis cette action en justice qui a permis de mettre la main sur les grossistes répartiteurs. Seulement que les consommateurs ne sont pas entièrement satisfaits pour la simple raison que la façon dont le procès s’est déroulé ne nous a pas permis d’appréhender véritablement les tenants et les aboutissants. Nous n’avons pas été « partie » au procès. Nous sommes les victimes, mais on ne nous a pas écoutées.

On ne sait pas nos doléances. Le nombre de personne qui ont consommé ces médicaments, qui sont malades, qui souffrent de cancers rénaux, qui en sont décédés, qui est-ce-qui va les dédommager ? Et il y a du personnel administratif au ministère de la santé et dans d’autres ministèresqui ont été complices de cette activité illicite pendant des décennies. Des personnalités qui ont été complices, mais aujourd’hui on n’a pas eu la trace de ces personnes dans le procès. Si, on n’arrive pas à identifier les personnes responsables de cette pègre au niveau de l’Etat, on n’aura pas tué le serpent. Et il y a le dédommagement distinctif des consommateurs. En France par exemple, les associations de consommateursétant organisées, elles ont porté plainte contre la maison Lactalis pour la qualité de ses laits infantiles parce qu’elles ont les moyens. Cela a permis qu’un procès soit déroulé contre l’entreprise. Mais, au Bénin, les enfants qui ont consommé ces médicaments, les maladies que cela va générer, qui est-ce qui s’en occupe ? C’est pourquoi, nous estimons que le procès n’est pas encore entier. S’il y a des avocats, des personnes qui veulent bien renforcer les actions des organisations des Associations des consommateurs,je crois qu’elles devraient nous accompagner pour qu’on puisse aussi porter plainte contre l’Etat afin que les personnes victimes soient dédommagées puisque les 100 millions de FCfa sont destinés au trésor public. Ce n’est pas pour les victimes ».

Propos recueillis par Rachida Houssou

1 COMMENTAIRE

  1. M.le président de l association des consommateurs. Je suis entièrement d accord avec tes propos. Il faut crier survtout les toits. Ce phénomène a fait tellement de victimes que juger ces coupables Et cette légère peine nous ne sommes pas d accord. Tous les coupables doivent être puis et amender telle sorte que moindre personne victime de ces faux médicaments sera pris en charge a vie par ces arnaqueurs. Ce sera une cension dissuasive. Le crie continue. Accro.

LAISSER UN COMMENTAIRE