La rencontre hebdomadaire des ministres du mercredi 7 juillet 2021 a prononcé la dissolution du Fonds routier et de la Compagnie béninoise de navigation maritime (Cobenam Sa). Diverses raisons justifient cette décision qui prendra en compte les intérêts des personnels des deux entités publiques.

On ne parlera plus du Fonds routier et de la Compagnie béninoise de navigation maritime (Cobenam Sa au Bénin. Le gouvernement a décidé de la dissolution de ces deux sociétés d’Etat hier lors de son conclave. Plusieurs raisons fondent cette mesure. En ce qui concerne le Fonds routier, il n’existe que de nom depuis trois. En effet, la Société des infrastructures routières du Bénin (Sirb) S.a., créée en 2018 a repris toutes les activités relatives notamment à la gestion, au développement, à l’entretien et à l’amélioration de la qualité des infrastructures routières et autoroutières. Ladite Société a entre autres pour missions de gérer, développer et entretenir, l’ensemble des infrastructures routières exceptées les pistes rurales, les routes sans péage et toutes autres infrastructures routières expressément exclues de sa gestion ; d’effectuer ou de participer à la mobilisation de financements appropriés pour la réalisation des infrastructures routières entrant dans le champ de son objet social ; d’exploiter ou de faire exploiter les péages et services annexes et d’organiser la sécurisation des ressources issues de l’exploitation du réseau routier. La Sirb S.a ayant déjà repris toutes les activités du Fonds routier relatives, il serait donc superflu de garder une telle structure alors qu’une autre aux compétences plus larges existe. S’agissant de la Cobenam Sa, elle se trouve dépourvue de tout engin de navigation depuis 1990. Mieux, la disparition des armements de la sous-région avec lesquels elle nouait des partenariats, a provoqué la cessation définitive de ses activités de transport maritime depuis l’année 2000. Raison pour laquelle, le gouvernement mû par le souci de rationalisation mais surtout d’efficacité a décidé mercredi 7 juillet 2021 de la dissolution de ces deux sociétés puis procédé à la nomination de leurs liquidateurs.

 Les intérêts sociaux des personnels seront préservés

Les travailleurs des deux sociétés ne seront pas lésés dans le processus de dissolution que vient d’enclencher l’Exécutif. Leurs intérêts sociaux seront sauvegardés. Comme il l’a démontré dans beaucoup d’autres dossiers, le gouvernement, à travers les liquidateurs saura régler ces questions conformément aux textes et règlements qui sont en vigueur. Les différents personnels n’ont donc aucune crainte à avoir. Tout se passera dans les règles de l’art.

Serge Adanlao

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here