Pour la deuxième fois, le Bénin a commémoré la Journée mondiale du coton. Hier mercredi 7 octobre 2020 à la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib), les acteurs de la filière coton ont été mobilisés autour de la problématique de la consommation locale de ce produit. A cette occasion, la ministre du Commerce et de l’industrie a insisté sur l’importance de cette culture pour le Bénin. Le coton, a indiqué Shadiya Alimatou Assouman, représente 40 % des devises nationales et 12% du Pib. « C’est environ 50 % du tissu industriel national. Il assure le revenu à 2 millions de personnes directement et indirectement et contribue à la réduction de la pauvreté. Il fait appel à d’autres secteurs, notamment le transport, l’énergie l’ingénierie, les services financiers, etc. », a-t-elle ajouté. Mais, face à la pandémie du Covid-19, les prévisions du Bénin dans ce domaine pourraient ralentir. Raison pour laquelle, elle a souhaité l’assistance des partenaires pour amortir les chocs. Elle a aussi appelé l’Organisation mondiale du commerce à plus de vigilance face à la question des subventions internes. A en croire Shadiya Alimatou Assouman, certains membres de l’Organisation octroient des subventions qui créent des dissensions sur le marché international du coton. Ce qui perturbe la commercialisation de l’or blanc. De fait, elle a exhorté l’Omc à faire progresser les négociations d’ici la prochaine conférence des ministres. Le Numéro 1 du commerce et de l’industrie au Bénin a aussi souhaité que la Journée mondiale du coton soit inscrite dans l’agenda des Nations Unies. Cette séance a connu la participation des ministres Jean-Michel Abimbola du Tourisme, de la culture et des arts, et Modeste Kérékou des Petites et moyennes entreprises.

 

Joël Samson Bossou

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here