« Le rançonnement a beaucoup diminué, mais il n’a pas encore complètement cessé. Aujourd’hui, le policier se cache pour prendre quelque chose, mais avant c’était ouvertement. Ce n’est pas rien, c’est un élément de bilan important », a déclaré le chef de l’Etat lundi 11 janvier 2021 à Ouaké. C’est satisfaisant, mais rassure-t-il,  « d’ici quelques années, ceux qui continuent de le faire vont être obligés d’arrêter ou de quitter la Police », menace-t-il. Faisant le point des progrès obtenus sous son quinquennat en matière de sécurité des biens et des personnes, Patrice Talon, a loué le sérieux et la rigueur de retour chez les forces de l’ordre. Aussi, a-t-il loué la baisse du phénomène du rançonnement des usagers de la route. Selon lui, «  quand les Burkinabè, les Maliens, les Togolais passent aujourd‘hui par le Bénin, ils sont étonnés. Ils se demandent qu’est-ce qui s’est passé ? », Car, avance-t-il  « personne ne pouvait imaginer il y a cinq ans  qu’on pouvait circuler librement de Malanville à Cotonou, de Ouaké à Kraké  en sécurité presque totale et sans tracasseries. C’est donc une prouesse à saluer.

 

Jean-Paul Mahougnon

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here