Le président de la République a-t-il bien fait d’initier une tournée nationale dans 54 Communes du Bénin ? Le Consultant politique et Expert électoral, Agapit Napoléon Maforikan, s’est prononcé sur la pertinence de cette descente de Patrice Talon sur le terrain, ses implications et le côté bénéfique pour les populations. C’était hier mardi 11 novembre 2020 sur la chaîne de télévision E-Télé.

« Initialement annoncée, le président de la République entreprend une tournée nationale qui le conduira dans tous les départements et dans la majorité des Communes de notre pays. Au total, 54 Communes seront visitées par le Numéro 1 béninois pour compter de ce jour jeudi 12 novembre 2020. Il s’agit d’une première depuis son accession à la magistrature suprême. C’est inédit, car depuis lors, Patrice Talon n’a réellement pas fait de tournée de cette envergure. Il a juste fait quelques sorties, dont sa visite à Parakou en novembre 2016. Pour lui, il n’y avait pas à perdre du temps et de l’énergie dans des tournées inutiles, parce qu’il connaissait déjà la situation du pays et avait fait le diagnostic qui s’imposait avant de venir au pouvoir. Très tôt, il s’est donc mis à l’œuvre en lançant son programme d’actions. Il a pris le temps d’ouvrir un certain nombre de chantiers qui sont en cours d’achèvement avant d’aller voir leur impact sur les populations. C’est conforme à sa logique. Patrice Talon, c’est un homme de méthode qui sait faire un usage rationnel du temps. Il est vrai, beaucoup ne comprennent pas qu’il ait passé plus de quatre ans à gérer le pays sans avoir des contacts réguliers avec la population. Mais, ceux qui le disent, c’est parce qu’ils étaient habitués à voir l’ancien président de la République, Boni Yayi, tout le temps sur le terrain. C’est normal qu’ils disent que le chef de l’Etat actuel leur manque. Mais, ils oublient que Mathieu Kérékou, l’un de ses prédécesseurs dans la fonction, ne le faisait non plus. Il a fait dix ans au pouvoir sans initier la moindre tournée. Il a gouverné le pays dans les quatre murs du palais de La Marina. Certes, comparaison n’est pas raison, mais c’est pour dire que chaque chef d’État a son style, sa manière de percevoir le travail à faire. Qu’est-ce qui compte pour le peuple ? Que le président se promène ou bien qu’il fasse le travail pour lequel il est investi ? Quel Béninois peut reprocher aujourd’hui à Patrice Talon de n’avoir pas fait le travail pour lequel il a été élu ? Bien au contraire, on lui reproche d’en avoir un peu trop fait. On lui reproche les réformes. On dit que c’est sec partout, parce qu’il a travaillé de sorte à sécher les points maladroitement et injustement inondés par les ressources publiques. Donc, aller sur le terrain pour voir la situation est normal. Il est presque en fin de mandat. Il estime qu’il a déjà pris sa décision par rapport à la présidentielle de 2021. Mais, moi, le Consultant politique, j’estime qu’il sera candidat en 2021. Et s’il n’est pas candidat, c’est le moment pour lui d’aller sur le terrain. S’il doit faire une tournée en février alors qu’on est déjà dans l’animation électorale, cela n’aura pas de sens. Même s’il n’est pas candidat ! Cela sera sujet à polémiques (…)

 

D’aucuns pourraient supposer que cette tournée nationale est une évaluation du Programme d’actions du gouvernement. En effet, il y a des projets et programmes qui ont été mis en œuvre. Ce serait donc, le moment de recueillir les avis des populations par rapport aux programmes et projets mis en œuvre et aussi de recueillir leurs attentes. Et si possible, après cette évaluation, faire d’une pierre deux coups, c’est-à-dire penser à élaborer le Programme d’actions du gouvernement 2. Mais, à vrai dire, dans le cas d’espèce, on n’est pas encore dans la phase d’évaluation du mandat. On pourrait plutôt parler d’évaluation sur la base des projets qui sont en cours de réalisation : les programmes d’il y a 2 ou 3 ans (…)

 

Ce qui est essentiel à retenir est que cette tournée du chef de l’Etat sera l’occasion pour les populations de sortir pour discuter avec Patrice Talon et de laisser les élucubrations d’amphithéâtre aux intellectuels. Je pense que c’est une occasion en or qui leur est offerte. Est-ce qu’il sera candidat pour la présidentielle de 2021 ? Elles pourront lui poser la question. Mais, les extrémistes qui se mobilisent contre la venue du chef de l’État dans leurs localités doivent se raviser. Car, ce n’est pas normal que certains pensent qu’ils ont le droit d’empêcher d’autres de circuler, surtout quand il s’agit du premier responsable du pays. Il a le droit d’aller où il veut, d’aller rendre visite à ses mandants en toute quiétude ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here