Vie carcérale de la gent féminine à Abomey:Les promesses du député Sado aux femmes prisonnières

0
345




Le député Sado Nazaire, président du parti Mouvement pour le développement et l’avenir (Mda), défenseur farouche des causes de la femme était, le vendredi 9 mars 2018, au Centre hospitalier départemental (Chd) du Zou et des Collines et à la maison d’arrêt d’Abomey. L’objectif de cette descente est de s’imprégner des conditions de vie des femmes en vue de leur apporter un ouf de soulagement.

Loin des tintamarres des grands meetings politiques, le président du parti Mouvement pour le développement et l’avenir (Mda) a choisi la plus simple manière d’honorer la gent féminine. Au lieu de s’engager dans des dépenses inutiles sans grand impact, l’élu du peuple est allé au chevet des femmes abandonnées dans les hôpitaux et dans les maisons carcérales. Ainsi, dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale de la femme (Jif) édition 2018, il a partagé les douleurs des femmes du Centre hospitalier départemental du Zou et des Collines puis celles oubliées dans leurs cellules à la prison civile d’Abomey. Après une visite guidée du pavillon de la maternité du centre, il s’est rendu compte de l’enfer que vivent au quotidien les femmes en l’occurrence et le personnel soignant. Dans la douleur de l’enfantement, elles sont installées à même le sol faute de lits. « Pour ce que j’ai vu et entendu au Chd qui se veut un hôpital de référence du département, c’est ahurissant », a confié le député, les yeux larmoyants. Il poursuit en indiquant que les conditions de prise en charge des parturientes sont exécrables étant donné que le centre manque cruellement de matériels, du personnel technique et d’appui et d’infrastructures.

« Une seule sage-femme fait d’affilée 15 à 20 accouchements en trois heures au lieu de trois. Dans cette condition, comment voulez-vous qu’elle soit efficace ? Il y a un seul bloc opératoire au Chd pour toutes les urgences. A ce niveau, entre un accidenté et une femme enceinte en attente d’être césarisée qui sera prioritaire ? Autant de problèmes que tutoient silencieusement les usagers du centre », a déploré Nazaire Sado.



A la prison civile, la situation est identique. Ici, l’élu de la 23ème circonscription électorale n’a pas pu contenir ses larmes. « Pour une caution impayée de 100 000 F Cfa, des femmes sont gardées depuis 10 ans. A cause de 20 000F Cfa, des gens ont bouclé 4 ans. L’eau est une denrée précieuse. Un pensionnaire utilise 25 litres d’eau en 72heures », a-t-il fait constater le cœur meurtri. « Quelqu’un qui n’a pas pu payer une caution de 20 000 FCfa, et qui fait 4 ans de prison, est-ce que cette caution est toujours valable pour sa sortie ? ». Autant de préoccupations que le représentant du peuple entend soumettre à ces pairs à l’hémicycle et le gouvernement pour une solution rapide. Et c’est là toute la démarche du président du Mda. Mais en attendant, il a offert des sacs de riz et des bidons d’huile aux pensionnaires.

Zéphirin Toasségnitché

(Br Zou-Collines)

LAISSER UN COMMENTAIRE