L’émission « 90 minutes pour convaincre » de la radio nationale a reçu dimanche 07 février 2021, le Directeur de la communication de la présidence de la République, Wilfrid Léandre Houngbédji. A cette occasion, il s’est prononcé sur plusieurs sujets d’actualité dont la candidature du Chef de l’Etat à la Présidentielle du 11 avril 2021.

Patrice Talon a décidé d’être candidat conformément aux textes de la République et par obéissance à son peuple qui au regard des réformes opérées ne veut pas que la dynamique s’arrête. C’est ce que pense le Directeur de la communication de la présidence de la République, Wilfrid Léandre Houngbédji, de la candidature du chef de l’Etat à la Présidentielle du 11 avril Il l’a fait savoir hier dimanche 07 février 2021 sur l’émission « 90 minutes pour convaincre » de la radio nationale. « Quatre ans après avril 2017, la réalité politique, l’envergure des réalisations opérées sous son magistère, l’appréciation positive manifeste de nos compatriotes, les exhortations d’ici et là, l’appelant à ne surtout pas abandonner le peuple en si bon chemin maintenant qu’il lui a montré qu’il est possible pour nous d’aller vers les sommets, donc quand vous faites la somme de tout cela, le chef de l’Etat avait-il, de bonnes raisons autres que égoïstes de dire je ne reviendrai pas. Continuez l’œuvre? Donc, aujourd’hui, il n’est que candidat, il n’est pas encore élu. La Céna a enregistré plusieurs dossiers. Une élection est toujours ouverte. Elle n’est pas gagnée d’avance et donc pour le moment, attendons de voir si dans quelques semaines nos compatriotes vont lui renouveler massivement leur confiance pour que l’œuvre entamée soit poursuivie. Donc, on peut être rassuré de ce que en décidant de se porter candidat, le chef de l’Etat n’a fait qu’obéir à ce que veut son peuple conformément aux textes de la République, obéir à la République », a-t-il expliqué.

 

La présence de Talon aux côtés de l’Udbn, Prd et Moele Bénin justifiée

 

Le président Patrice Talon a assisté ces derniers jours au congrès de plusieurs partis politiques de la mouvance. Il s’agit du congrès de l’Union démocratique pour un Bénin nouveau (Udbn), de celui du Parti du renouveau démocratique (Prd) et de l’installation officielle des coordinations départementales du Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin). Interrogé sur ce qui pourrait justifier l’engouement du chef de l’Etat à rendre visite à ces partis politiques, le Directeur de la communication de la présidence de la République a fait savoir que ces partis politiques, bien que ne faisant pas partie des grands blocs de la mouvance que sont l’Up et le Br, ont toujours soutenu le chef de l’Etat et qu’il était légitime que ce dernier aille leur témoigner sa reconnaissance. « Au lendemain des réformes institutionnelles et politiques effectuées, l’on a assisté à un regroupement des forces politiques en présence. Cette réforme qui a consisté à ces regroupements a généré deux grands blocs qui soutiennent les actions du chef de l’Etat, l’Union progressiste et le Bloc républicain. Mais à côté, certains, jaloux de leur identité, convaincus qu’ils peuvent faire leur chemin seuls, ont décidé de ne pas aller vers les blocs. Bien qu’ayant fait ces choix, ces partis politiques n’ont jamais marchandé leur adhésion politique au chef de l’Etat, leur soutien à sa politique. C’est donc un juste retour de manivelle que le chef de l’Etat qui a été toujours porté par ces partis nonobstant leurs échecs électoraux, leur devait pour cet engagement à ses côtés parce qu’on est en politique et en politique, on dit souvent qu’il faut faire des additions et des multiplications. Et un parti comme le Prd a fait 6% aux Municipales. Il n’a pas atteint les 10%, mais pèse 6%… Un parti comme l’Udbn a fait 5%. Les deux ensembles font 11%. Si vous allez à une élection et que vous avez à la somme des militants des votes de ces partis-là, ce n’est pas rien. En plus, ce sont des partis qui traditionnellement vous soutiennent. Donc, il me semble tout à fait légitime que le chef de l’Etat ait fait le déplacement à l’endroit de ces partis pour leur dire qu’il apprécie très bien leur soutien, mais qu’ils ont payé le prix des réformes. Les réformes auxquelles lui, Patrice Talon, ne renonce pas. Il est convaincu qu’elles sont  bonnes pour le pays. Mais à côté, ceux qui veulent évoluer seuls, évolueront seuls en attendant de grandir, d’être de plus grande envergure et d’avoir des résultats électoraux plus tard », a-t-il justifié.

 

Haro sur les propos abjects après l’agression de Ganiou Soglo

 

L’agression subie par le candidat Ganiou Soglo dans la nuit du vendredi 5 au samedi 6 février 2021 était également au cœur de l’émission. Le Directeur de la communication de la présidence de la République a condamné les propos tenus par certains acteurs politiques, candidats à la Présidentielle du 11 avril, qualifiant de terrorisme politique, l’agression du candidat Ganiou Soglo. Il estime que ces derniers devraient faire preuve de responsabilité lorsqu’ils  aspirent à diriger. « J’ai noté sur les réseaux sociaux certaines réactions dont certains acteurs ont été l’auteur et qui même très activement ont été jusqu’à parler de terrorisme politique. Je n’ai pas le cynisme de certains acteurs politiques de l’opposition qu’on a vu hier et qui  pouvaient s’employer à faire disparaitre  certains de nos compatriotes. Par contre, je dirai que quand on est dans cette posture, quand on aspire à nous diriger, il faut faire preuve de responsabilité. J’ai noté par ailleurs que quand vous voyez la réaction presque simultanée de personnes sur les réseaux sociaux ajoutée à celle des plus abjectes parlant de terrorisme politique, vous avez le sentiment que les éléments de langage avaient été élaborés et prêtent à l’emploi, ceux dont les personnes en question se sont saisies pour agir », a-t-il expliqué. Tout en compatissant à la douleur du candidat Ganiou Soglo, il a fait remarquer que depuis 2016, le gouvernement béninois s’emploie à garantir la sécurité à ses compatriotes. Il a également fait la promesse que l’Etat s’évertuera à faire la lumière sur cette affaire.

 

Léonce Adjévi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here